Nos actualités

Revenir aux actualités

Sana RONDA décrypte l’étude FFP/Roland Berger à Centre Inffo

23 Novembre 2017

Ce jeudi 16 novembre, Sana RONDA, membre du Conseil d’Administration et Présidente de la Commission langues de la FFP, est intervenue lors d'une matinale organisée par Centre Inffo, aux côtés de Thierry Teboul, Directeur Général de l’AFDAS.

Cette matinée était centrée sur la question de l’intermédiation en formation : "Quelle place pour les OPCA/OPACIF dans le cadre de la réforme annoncée par le Gouvernement" ? 

Fouzi FETHI, juriste à Centre Inffo, a présenté les enjeux du débat en mettant en perspective les enjeux d’intermédiation et de régulation posés par le système français de formation, et réinterrogés par le document d’orientation soumis par le Gouvernement aux partenaires sociaux (voir l'actualité sur le site de la FFP). 

C’est dans cette perspective que le cabinet Roland Berger a réalisé, pour la FFP, une étude macroéconomique de l’investissement dans la formation professionnelle en France (‘Faire décoller l’investissement dans les compétences’, octobre 2017). Cette étude évalue l’impact de mesures concrètes portées par le Président Emmanuel Macron pendant sa campagne présidentielle et par la FFP pour augmenter l’efficience de l’investissement dans les compétences en France. Une des pistes évoquées est de limiter le champ de l’intermédiation réalisée par les financeurs paritaires aux politiques collective de branche. Il s’agit ainsi de permettre un accès universel et facilité à la formation professionnelle pour les actifs souhaitant mobiliser leur Compte Personnel de Formation (CPF). Comme l’a souligné Sana Ronda, cette désintermédiation sur le CPF doit être pensée dans une réforme plus globale du système français de formation pour d’une part renforcer l’accompagnement et l’orientation des personnes, et d’autre part encourager l’investissement dans la formation à travers des incitations fiscales de type crédit d’impôt pour les particuliers et les TPE/PME (Voir notamment la réaction de la FFP au document d’orientation de la réforme).

Pour Thierry TEBOUL, l’enjeu de la réforme se situe moins dans la désintermédiation que dans la réduction de la complexité du système français de formation professionnelle. Posant le constat d’une réforme de 2014 insuffisante pour répondre aux attentes des bénéficiaires, il a notamment préconisé que le système de formation s’inspire du système de santé pour « concevoir le parcours formation comme le parcours de soin. » Il a insisté sur le rôle central que doivent jouer les branches, jugées comme les plus à mêmes d’analyser l’évolution des métiers. Enfin, Thierry TEBOUL s’est interrogé sur la solvabilité financière d’un Compte Personnel de Formation (CPF) désintermédié, un des enjeux auquel doit répondre le Crédit d’Impôt Formation ou le Compte Epargne Formation préconisé par la FFP.

Pour aller plus loin:

- le Livre blanc Libérer la formation rédigée par la FFP avec le cabinet Asterès (Nicolas Bouzou) en juin 2016
- l'étude réalisée par le cabinet Roland Berger pour la FFP: Faire décoller l'investissement dans les compétences (octobre 2017) 

Précédent
Suivant

Vous souhaitez devenir membre de la FFP ?

Adhérer