Nos actualités

Revenir aux actualités

« The Global Talent Crunch » ou la nécessité d’investir dans la formation professionnelle, une étude du cabinet de recrutement Korn Ferry :

15 Mai 2018

Selon une étude de Korn Ferry publiée le jeudi 3 mai dernier, la France pourrait souffrir d’ici 2030 d’une pénurie de compétences qui concernerait 1,5 million de postes, soit une perte de 175 milliards d’euros pour l’économie française.

Le cabinet de recrutement Korn Ferry a évalué à travers cette étude le déficit entre l’offre et la demande de compétences dans 20 pays industrialisés en 2020, 2025 et 2030, en se concentrant sur les secteurs des services financiers, des nouvelles technologies, des médias et télécommunications et de l’industrie :

CONSULTEZ L’ETUDE

 

D’après Korn Ferry, la France est particulièrement concernée par cette pénurie qui pourrait conduire à ‘une crise de talents’ majeure. En effet, l’étude observe un déficit entre l’offre et la demande de compétences, avec plus de 1,7 millions de salariés faiblement qualifiés et un déficit de profils diplômés de 1,5 millions d’actifs.

Pour le cabinet, cette pénurie est une conséquence directe de la crise économique. Les entreprises ont différé la formation de leurs salariés en se focalisant sur l’innovation technologique et la réduction des coûts. Il appelle donc les entreprises mais aussi l’Etat à se saisir de la problématique en investissant dans la formation professionnelle.

A cet égard, le rôle de la formation professionnelle repose sur 4 leviers majeurs :

- L’enjeu des compétences : les entreprises doivent clairement identifier les compétences dont elles ont besoin à court et moyen terme pour mettre en place des formations adéquates et assurer leur pérennité.

- La formation tout au long de la vie : compte-tenu des nombreux bouleversements technologiques, s’impose l’impératif d’une formation en continu des salariés et la nécessité d’identifier des profils ayant des compétences techniques mais surtout des ‘softs-skills.

- Un système de formation plus agile : le gouvernement doit résorber l’écart entre le système scolaire et le monde de l’entreprise, qui requiert plus que jamais de la transversalité en termes de compétences.

- Une réorganisation des entreprises : les entreprises doivent se réorganiser et notamment s'internationaliser pour aller chercher les compétences là où elles se trouvent et être bénéficiaires.

 

 

 

 

Précédent
Suivant

Vous souhaitez devenir membre de la FFP ?

Adhérer