Dans une économie de la connaissance et de l’innovation, l’enjeu du développement des compétences est central pour la compétitivité de nos entreprises et la cohésion sociale. Le Président de la République a affiché dès sa campagne présidentielle sa volonté de transformer en profondeur le système français de formation professionnelle.  La réforme a été lancée en octobre 2017 par le Gouvernement.

Dans ce contexte, la FFP avec l’appui du cabinet Roland Berger, a souhaité proposer une analyse du système de formation en France. Cette étude inédite, dévoilée en octobre 2017 en présence d’Antoine Foucher, Directeur du cabinet de la ministre du Travail, évalue les impacts macroéconomiques et sociaux de la formation professionnelle, ainsi que  ses perspectives de réforme.

L'intégralité de l'étude        La synthèse de l'étude

 

LES PRINCIPAUX ENSEIGNEMENTS DE L’ÉTUDE

L'étude confirme qu'investir dans le développement des compétences de chacun permet un gain important pour l'économie. Elle démontre aussi la nécessité de réformer le système français de formation professionnelle pour faciliter l'accès à une offre de formation de qualité et accroître la performance du système pour les individus comme pour les entreprises.

 

La formation professionnelle est un secteur économique dense et dynamique en cours de transformation digitale

 

6,8 milliards d'euros
Chiffre d'affaires réalisé sur le marché de la formation professionnelle en 2014.

97% des entreprises de formation en France sont privées :
- réalisant 80% du chiffre d'affaires du secteur ;
- accueillant 86% des stagiaires formés.

La digitalisation de la filière est clé tant sur le plan économique que pédagogique. L'offre de formation investit pour répondre à la demande en compétences résultant de la transformation digitale et accomplir sa propre transformation.

Retrouver les actions de la FFP d'accompagnement de la transformation numérique du secteur.

   

La France souffre d'un faible accès à la formation professionnelle

17 millions d'individus bénéficient chanque année du système de formation professionnelle sur une population totale de 47 millions de personens en âge de travailler (15-65 ans).

36% d'actifs bénéficient d'une formation chaque années en France contre 53% en Allemagne et 56% au Royaume-Uni.

 

Une hausse de l'accès à la formation professionnelle a pour conséquence une augmentation significative du PIB. Il est nécessaire d'investir davantage dans la formaiton professionnelle.

Il existe une relation positive entre la hausse du nombre d'individus formés et l'augmentation de la création de richesse.

Une hausse de 1% du taux d'accès à la formation professionnelle générerait un gain de 7,4 milliards d'euros pour l'économie.

Permettre à chacun un accès rapide et régulier au développement de ses compétences

L'analyse menée des parcours professionnels des jeunes, des demandeurs d'emploi et des salariés de TPE/PME révèle les limites du système de formation professionnelle actuel.

Les individus, notamment les demandeurs d'emploi, disposent d'une autonomie limitée dans la construction de leurs parcours de formation. La fonction de prescription réduit la motivation et limite l'engagement de l'individu dans le projet d'apprentissage. Par ailleurs, les dispositifs des prescripteurs n'encouragent pas assez les modalités innovantes de formation.

 

La réforme doit renforcer l'investissement dans les compétences pour tous les individus et pour toutes les entreprises

L'étude évalue l'impact de plusieurs propositions présentes dans le débat public, et notamment :

Cibler les publics précaires avec la mise en place du Plan d'Investissement dans les Compétences de 15 milliards d'euros (augmentation estimée du PIB de 0,1% par an, soit 1,8 milliards d'euros, et économies de 5,8 milliards d'euros sur 5 ans du fait de la réduction du chômage).

Instaurer un crédit d'impôt formation pour les TPE/PME (gain estimé pour le PIB de 19 milliards d'euros par an moyennant un coût pour les finances publiques de 500 millions d'euros).

Instaurer un crédit d'impôt formation pour les individus (gain estimé pour le PIB de 20 milliards d'euros par an, moyennant un coût de 900 millions d'euros pour les finances publiques).

Créer un Compte Epargne Formation en lien avec le CPF (hausse estimée du PIB de 0,4% la première année avec une progression les année suivantes).

En savoir plus !

L'étude a été dévoilée le 11 octobre 2017 en présence de plusieurs personnalités :

Jean Wemaëre, Président de la FFP

           Antoine Foucher, Directeur du cabinet de Muriel Pénicaud, Ministre du Travail

Près de 80 invités présents dans les locaux du cabinet Roland Berger pour la présentation de l'étude

Sont intervenus :

- Jean Wemaëre, Président de la FFP
- Alain Chagnaud, Partner Roland Berger
- Antoine Foucher, Directeur du cabinet de la Ministre du Travail, Muriel Pénicaud,
- Glenda Quintini, Senior Economist à l'OCDE
- Isabelle Michalak, DRH de TUI France

 

Consulter l'analyse de l'étude par le journal Les Echos

Consulter l'interview du Président Wemaëre dans le journal Les Echos